center
Devenez membre privilégié en cliquant ici
6 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.
| Accueil |    [Visiteur Anonyme - Votre compte]    | Contactez-nous |    | Soumettre un article |  
  Recherche  
 
Recherche

Recherche guidée

 
  Applications de télésanté  
 
  • DMP / DPE
  • Altermed
  • NTIC et Santé
  • Télésurveillance
  • Réseaux de santé
  • Téléconsultation
  • Télésanté générale
  • ...
  •  
      Thématiques transversales  
     
  • Innovations technologiques
  • Evaluation de la télésanté
  • Management de projets
  • Etats des lieux - enquetes
  • Confidentialité et télésanté
  • ...
  •  
      Spécialités médicales  
     
  • HAD
  • Gériatrie
  • Dialyse
  • Cardiologie
  • ...
  •  
      Technologies  
     
  • Haut-débit
  • Imagerie médicale
  • Système d'information
  • Hébergement, transfert des données
  • Visio-conférence
  • ...
  •  
      Divers  
     
  • Actualités institutionnelles
  • Evènements
  • Guide méthodologique
  • Actualités des associations
  • Appels à projet
  • ...
  •  
      Liens externes  
     
  • iMédicale
  • Observatoire de la télésanté - Ministère de la Santé
  • Université Médicale Virtuelle Francophone
  • Centre de ressources sur la Télésanté - Canada
  • Association @THOS
  •  
    Ce portail est destiné en priorité aux adhérents. Visiteur occasionnel, vous avez uniquement accès à la partie publique du portail.
    Pour accéder à l'ensemble des informations, il vous suffit d'adhérer au CATEL

    Profession médicale : Le DMP avance lentement
    Poster le Jeudi 10 février 2011 @ 01:06:27 par jean-baptiste.admin

    Le dossier médical personnel (DMP) est enfin lancé, mais son déploiement est très loin d'être achevé. Il devra entre autre séduire les médecins. Si ceux-ci n'ont pas pleinement confiance dans les données intégrées au DMP, ils ne l'utiliseront pas.


    Date de publication : 8 février 2011

    Source : ActeursPublics




    Le dossier médical personnel (DMP) est en ligne depuis le 5 janvier. Tout professionnel de santé peut en théorie proposer à ses patients d’ouvrir un dossier, mais le système est encore dans une phase de tests et les médecins doivent en réalité encore attendre. L’Agence des systèmes d’information partagés de santé (Asip Santé), qui est chargée de coordonner le dispositif, collabore pour l’instant avec quelques dizaines de médecins seulement dans cinq régions pilotes : l’Alsace, l’Aquitaine, la Franche-Comté, la Picardie et Rhône-Alpes. Ils ouvrent quelques dossiers pour leurs patients volontaires, afin de détecter les failles et les défauts du système et d’adapter les outils de communication. L’ouverture d’un DMP est hasardeuse pour les médecins qui ne participent pas aux tests : leur matériel n’est pas toujours bien configuré et ils ne disposent pas encore des logiciels qui pourraient permettre une utilisation optimale du DMP. Ceux-ci devraient être déployés à partir d’avril. C’est bien pour cela que Xavier Bertrand, le ministre de la Santé, préfère parler d’un “amorçage du DMP” et non d’un démarrage et que l’Asip Santé a présenté un planning très progressif, qui ne prévoit un déploiement général que pour 2012.

     

    Impatience

    Mais la frustration est palpable chez les médecins et les effets de six années d’attente sont difficiles à dissiper. “Cet outil nous manque. Il nous fera gagner beaucoup de temps et fera entrer la médecine dans une nouvelle ère. Dans les premiers tests, le DMP est trop centré sur le patient, avec par exemple la possibilité de masquer des documents, qui n’arrange pas du tout les médecins. Nous attendons la prochaine phase”, explique Michel Chassang, président de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF). Les médecins, pour pouvoir utiliser pleinement le DMP, sont tributaires de l’engagement de tous les acteurs du secteur : les patients doivent être consentants, les éditeurs de logiciels doivent leur fournir des solutions compatibles avec le DMP, les hôpitaux, les radiologues et les analystes doivent alimenter le DMP en documents. Les praticiens ont aussi de fortes attentes sur des fonctions sophistiquées du DMP, qui ne sont prévues que pour des échéances lointaines. “Si les données ne sont pas structurées et si nous ne disposons pas de messagerie sécurisée, alors le DMP restera un gadget et ne sera jamais utilisé par les médecins”, annonce Gilles Urbejtel, responsable du dossier DMP au syndicat MG France. L’Asip Santé est bien consciente de ces attentes et souhaite se focaliser sur un déploiement régional, pour “créer des usages et faire émerger de la valeur perçue par les utilisateurs” pour convaincre ceux-ci de l’intérêt du DMP

     

    Date de publication : 8 février 2011

    Auteur : Antoine LAURENT

    Source : ActeursPublics





    Sujet de télésanté :

    Dossier médical partagé

      Liens Relatifs  
     
  • En savoir plus à propos de Dossier médical partagé
  • Article de jblavault
  • Article de jean-baptiste.admin

    L'Article le plus lu à propos de Dossier médical partagé :
  • La question du masquage de données dans le DMP : une mission de réflexion est lancée

    Les dernières nouvelles à propos de Dossier médical partagé :


    Page Spéciale pour impression  Envoyer cet Article à un ami 
  •  

    "Profession médicale : Le DMP avance lentement" | Se connecter / Créer un compte | 0 Commentaire
    Seuil

    Les Commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

     
     
    Contact : CATEL - Tél :+33.(0)2.97.68.14.03 - Fax : +33.(0)2.97.68.29.56
    E-mail : catelATtelemedecine.org - Webmestre - Administration

    Mentions légales : © copyright CATEL 2011

    Ce site a été construit avec NPDS, un système de portail écrit en PHP. Ce logiciel est sous GNU/GPL license.